Salon de la moto de Paris : pas d’édition pour 2017 !

Les organisateurs de l’édition du Salon de la moto de Paris 2015 ont fait part d’un bilan satisfaisant, compte tenu des 165 000 visiteurs qui ont arpenté les stands. Cependant, au fil des années, force est de constater que ce salon perd peu à peu son envergure international pour n’intéresser finalement que les concessionnaires locaux. Ce genre de manifestation constitue pourtant une vitrine pour montrer les dernières nouveautés dans le domaine des deux-roues.

Or, en parallèle, l’engouement des Français en faveur des deux-roues ne cesse de croitre. Et le projet gouvernemental d’offrir un bonus écologique aux acheteurs d’un deux-roues électrique devrait encore amplifier le mouvement. Quoiqu’il en soit, les propriétaires de ce type de véhicule doivent souscrire une assurance moto avant de monter en selle.

Un problème de calendrier   

AMC Evènement, l’organisateur du Salon de moto de Paris, ainsi que le public a constaté que les constructeurs boudent cette manifestation. En effet, Intermot a ouvert ses portes le 5 octobre dernier à Cologne en Allemagne tandis que l’Eicma de Milan va se tenir le 8 novembre prochain. C’est notamment au cours de ce salon en Italie que les constructeurs vont dévoiler les nouvelles montures du millésime 2017.

Le Salon de la moto de Paris rencontre par conséquent un problème de calendrier qui désavantage la manifestation parisienne. En outre, certains exposants rencontrent des problèmes pour transporter leur structure d’exposition dans un laps de temps si court entre deux salons Par ailleurs, bon nombre d’entre eux se sont plaints du prix élevé des stands par rapport à l’envergure de l’évènement. Autant de raisons qui expliquent le manque de rentabilité et de notoriété du Salon de la moto de Paris.

Une nouvelle formule en vue   

La tenue d’une manifestation d’envergure comme celui-ci permet de dynamiser le secteur de la vente de deux-roues. Les compagnies d’assurances tirent également profit d’un tel évènement car la hausse des ventes se traduit généralement par une augmentation de la souscription d’assurance scooter ou moto.

AMC Promotion est en pleine concertation avec la Chambre syndicale de l’automobile et du Motocycle (CSIAM) afin de mettre au point une nouvelle formule. La seule certitude est que le Salon de la Moto et du Scooter de Paris n’aura pas lieu en décembre 2016. Il est probable que la prochaine édition aura lieu en 2018.

Scooters électriques : possibilité de bénéficier d’un bonus en 2017

La lutte contre le réchauffement climatique ainsi que la préservation de l’environnement constituent des objectifs chers au gouvernement français, notamment depuis la tenue du sommet COP 21 à Paris l’année dernière. Moins polluants et plus économes en carburant que la voiture, les deux-roues connaissent un succès de plus en plus croissant auprès de la population. Leur capacité à se faufiler dans les embouteillages et la facilité de trouver un parking militent également en leur faveur. Afin d’encourager l’utilisation de scooter électrique, le gouvernement prévoit d’instaurer un système de bonus écologique pour celui-ci.

Un système inspiré de celui des voitures    

A l’heure actuelle, seuls les VAE et les cyclos bénéficient de subventions de la part des municipalités au moment de leur acquisition. Or, le gouvernement souhaite développer l’utilisation de deux-roues électriques, en particulier dans les grandes villes. D’où l’idée de mettre en place un système de bonus écologique à l’instar des voitures électriques dont le prix d’achat peut diminuer de 10 000 euros. De même, les propriétaires d’automobiles hybrides peuvent bénéficier d’une prime de 1 000 euros maximum.

Comme la conduite d’un deux-roues nécessite la souscription préalable d’une assurance moto, le gouvernement espère que l’instauration d’un bonus écologique va dynamiser la vente de ce genre de véhicule.

Un bonus financé par le malus automobile

Le scooter électrique dispose d’une autonomie moindre et roule à une vitesse moins élevée que son homologue fonctionnant avec un moteur thermique. L’assurance scooter électrique est également moins chère par rapport au second. La perspective de payer une prime d’assurance moto moindre et la possibilité de bénéficier d’un bonus écologique au moment de l’achat de l’engin devrait accroitre la vente de ces deux-roues.

La Chambre syndicale de l’industrie auto et moto (CSIAM) travaille de concert avec le gouvernement afin que ce bonus écologique pour scooter électrique voit le jour. D’après les avis de cette chambre, le montant de ce bonus doit être équivalent au quart du prix de l’agent. Il pourrait toutefois être plafonné à 3 000 euros. En ce qui concerne le financement de ce nouveau bonus, il profiterait probablement du durcissement du malus automobile en 2017. Davantage d’informations pourraient être disponibles lors de la présentation du projet de loi de finances 2017.

Augmentation des documents à produire pour sortir sa moto de la fourrière

Le nombre de personnes décédées sur les routes françaises est de 3 464 pour l’année 2015 selon les statistiques de l’Observatoire national interministériel de sécurité routière (Onisr). Le même observatoire constate d’ailleurs 625 décès liés à des accidents de motocyclettes pour l’année 2014 en France. Récemment, le Premier Ministre Manuel Valls a fixé comme objectif de réduire à 2000 le nombre de morts sur les routes françaises à l’horizon 2020. Parmi ces mesures phares figurent la nécessite de présenter d’autres documents au moment de sortir une moto ou une voiture de la fourrière.

L’attestation d’assurance exigée

Pour retirer leur deux-roues ou leur voiture de la fourrière, les propriétaires doivent déposer une simple demande et s’acquitter des frais inhérents à cette mise en fourrière. A partir du 1er décembre 2016, ils devront en plus présenter deux documents supplémentaires. Il s’agit de leur permis de conduire ainsi que d’une attestation d’assurance moto ou voiture, selon le cas.

En effet, le décret 2016-1289 stipule qu’il ne sera plus possible de prononcer la décision de mainlevée que si le conducteur ou le propriétaire du véhicule présente ces deux documents aux responsables de la fourrière.

Une mesure pour contrer la conduite sans papiers

Les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) font état d’une hausse de 2 % des délits de défauts d’assurance scooter ou moto entre 2014 et 2015. De même, les défauts de permis de conduire ont également augmenté de 2,8 % pour la même période. Cette mesure vise donc à accroitre le nombre de voitures et de deux-roues contrôlés en ce qui concerne l’assurance moto et le permis de conduire. L’objectif est d’arriver à 500 000 véhicules supplémentaires.

Si les conducteurs qui ne font d’infractions au Code de la route ne sont pas concernés par cette mesure, ceux qui ne possèdent d’assurance scooter ou de permis de conduire en règle peuvent s’inquiéter. Il leur reste encore du temps pour régulariser leur situation et souscrire une assurance moto en adéquation avec leurs besoins de couverture ou encore pour suivre les cours d’une moto-école.

Comment faire pour économiser sur son assurance moto ?

En France, il est interdit de piloter un deux-roues sans avoir souscrit au préalable une assurance moto. En effet, la législation exige que le scooter ou la moto soit au moins couverte par la garantie responsabilité civile avant de rouler. Et afin d’offrir une protection optimale, il est conseillé d’opter pour un contrat qui inclut la garantie personnelle du conducteur. Cependant, de nombreux propriétaires de deux-roues s’inquiètent de l’impact de l’assurance scooter sur leur budget.  Voici quelques conseils afin de réduite le coût de cette assurance.

Bien choisir son deux-roues      

Le prix d’une assurance moto dépend généralement du type de monture choisi. En effet, le calcul de la prime d‘assurance se base sur les caractéristiques de l’engin. Une moto puissante présente plus de risques d’accident aux yeux de l’assureur. Par conséquent, la prime d’assurance de la première sera plus élevée que celle de la seconde.

De même, opter pour un deux-roues d’occasion ou de petite cylindrée fera baisser sensiblement le coût de l’assurance scooter. Il est donc vivement recommandé d’utiliser un comparateur d’assurance moto avant même d’acheter l’engin, c e qui considérablement faciliter le choix.

Bien choisir la formule d’assurance  

Pour rappel, il existe 3 grandes catégories d’assurance moto. La formule la moins chère est celle de base qui comprend uniquement la garantie responsabilité civile, c’est-à-dire le minimum légal. L’assurance scooter intermédiaire associe la formule de base avec les garanties incendie et vol. Enfin, la formule la plus chère et également la plus protectrice est l’assurance tous risques. Pour économiser sur le prix de son assurance deux-roues, il est important de bien choisir la formule qui offre une couverture optimale et à moindre coût.

Selon l’utilisation de la moto, il est possible d’associer des options avec l’une de ces offres. Il s’agit notamment de l’assurance moto au kilomètre pour ceux qui roulent peu avec leur monture. De même l’assurance saisonnière est destinée aux personnes qui utilisent leur deux-roues à certaines périodes de l’année seulement. Enfin, le niveau de franchise appliqué influe également sur le coût de l’assurance scooter. En effet, une franchise élevée implique des primes importantes.

Assurance moto : cas du prêt de guidon

La moto est souvent une passion pour bon nombre de pilotes. C’est la raison pour laquelle ceux-ci n’accepteraient jamais de prêter leur monture à une autre personne, qu’il s’agisse d’un membre de leur famille ou d’un ami. A l’opposé, il existe des propriétaires de deux-roues qui n’hésitent pas à laisser un proche conduire leur scooter ou moto pour une courte période ou pour faire une course. Dans ce cas, il convient de s’informer au préalable sur le type d’assurance moto qu’il  convient de souscrire afin de bénéficier en permanence d’une couverture optimale.

Bien vérifier son contrat d’assurance

Avant de confier son deux-roues à un ami ou à un membre de sa famille, il est important de bien lire son contrat d’assurance scooter. C’est le cas également si on souscrit une assurance moto pour la première fois. Il faut dans ce cas se demander si l’on prévoit de prêter occasionnellement sa monture à une autre personne. Car il faut que le contrat d’assurance mentionne clairement dans ses clauses s’il est possible de prêter son guidon ou non.

En effet, certaines compagnies d’assurances excluent tout prêt de guidon en autorisant un « conducteur exclusif » qui est l’assuré en l’occurrence. Il est également possible que le prêt de guidon n’est possible qu’en faveur du conjoint. De même, les assureurs peuvent accepter le prêt de guidon à condition que le second pilote ait obtenu depuis plusieurs années son permis de conduire. Enfin, les assureurs peuvent interdire à l’assuré de prêter son guidon aussitôt la nuit tombée.

Attention aux franchises !

Certaines compagnies d’assurance scooter autorisent tout de même le prêt de guidon sous certaines conditions. Elles peuvent prévoir une franchise importante si un conducteur non-déclaré sur le contrat d’assurance moto provoque un accident. Cela signifie qu’un certain pourcentage des indemnisations sera pris en charge par l’assuré et non par les assurances.

Il est également possible de souscrire une assurance moto avec garantie prêt de guidon sans franchise. Dans ce cas, les dommages corporels et matériels causés par une autre personne que l’assuré conduisant la monture seraient pris en charge intégralement par l’assureur. Cependant, le tarif de cette formule revient généralement cher.

Quelle indemnisation pour sa moto en cas d’inondation ?

Personne n’est à l’abri d’une catastrophe naturelle, que ce soit une inondation, un raz-de-marée ou une tempête. Et les dégâts peuvent être importants après le passage de ce genre de calamités. Si les habitations bénéficient d’une assurance contre ce genre de risques, il est important de s’informer en ce qui concerne les deux-roues. Il est en effet légitime de se demander si une assurance moto classique couvre ce genre de situation ou est-ce qu’il faut souscrire une assurance spécifique.

Tout dépend de l’assurance souscrite 

La souscription d’une assurance scooter couvrant au minimum la responsabilité civile est obligatoire pour pouvoir rouler avec son deux-roues en France. Cependant, si une catastrophe naturelle détruit la monture ou en cause la perte, la compagnie d’assurance ne peut pas toujours indemniser l’assuré. En effet, dans le cas d’une assurance moto au tiers, les dégâts occasionnés par une inondation sur la monture ne seront pas pris en charge par l’assureur.

Généralement, si le propriétaire a souscrit une assurance multirisques habitation (MRH), les dégâts occasionnés par la catastrophe naturelle sur ses véhicules motorisés sont couverts. C’est le cas donc des voitures et des motos. Il suffit donc à la personne de déclarer à sa compagnie d’assurance les dégâts aussi bien sur sa maison que sur sa moto ou sa voiture pour demander une indemnisation. Il convient cependant de noter qu’une franchise de 380 euros est appliquée s’il s’agit d’une habitation.

Une garantie spécifique     

Pour que les dégâts occasionnés sur une moto soient pris en charge par l’assurance, il faut souscrire une assurance scooter spécifique, ou une assurance « tous risques ».  Dans le premier cas, il est indispensable que le garantie catastrophe naturelle est inscrite noir sur blanc sur le contrat. En outre, il faut qu’un arrêté interministériel soit publié au Journal officiel afin de classer l’évènement climatique en catastrophe naturel.

L’assuré dispose d’un délai de 10 jours à partir de la publication de cet arrêté pour établir le bilan de ses dommages et faire une déclaration auprès de sa compagnie d’assurance moto ou habitation. Il est conseillé de joindre à cette déclaration tout document pouvant servir de pièces justificatives. Il peut s’agir de factures, de photos, ou encore d’expertises. Un délai de 3 mois est donnée à l’assurer pour effectuer les vérifications d’usage et éventuellement pour payer les indemnisations.

L’avantage d’utiliser un comparateur pour assurance moto

La souscription d’une assurance moto est obligatoire en France pour tout propriétaire d’une deux-roues. C’est l’article L211-1 du Code des assurances qui exige une assurance responsabilité civile au minimum pour tout véhicule qui circule à plus de 6 km/h. Et l’assurance scooter demeure obligatoire même si l’engin reste dans un garage. Qu’il s’agisse donc d’un cyclomoteur, d’un scooter, d’une moto ou d’un quad, il est indispensable de s’assurer avant de prendre la route.

Choisir entre plusieurs formules 

Il existe plusieurs options en matière d’assurance scooter ou de tout autre deux-roues. La plus simple et la moins chère est la garantie responsabilité civile. Les dommages corporels et matériels causés par la moto aux tiers sont dans ce cas couverts par la compagnie d’assurance. Ce qui n’est pas le cas pour les dommages corporels du pilote et des dommages matériels de l’engin si le conducteur est responsable de l’accident.

A l’opposé, la formule d’assurance moto tous risques prend en charge aussi bien les dégâts matériels et corporels causés aux tiers que ceux de l’accusé. Elle est par conséquent plus chère mais offre en même temps un maximum de protection. Au milieu se trouve l’assurance scooter intermédiaire. A la garantie responsabilité civile de base, elle associe certains risques comme le vol, les incendies ainsi que le bris de glace et d’optiques.

Pourquoi recourir à un comparateur d’assurance ?       

Face au foisonnement de l’offre en matière d’assurance moto ou scooter, il est souvent difficile pour le motard de s’y retrouver. L’utilisation d’un comparateur d’assurance spécifique pour les deux-roues lui permet de trouver une assurance qui répond exactement à ses besoins en termes de couverture.

Par ailleurs, cet outil permet de sélectionner en quelques clics les meilleures offres. Le futur assuré pourra ainsi bénéficier des tarifs intéressants, juste en comparant les offres qui s’affichent devant lui. Il est donc en mesure de réaliser des économies grâce au comparateur d’assurance scooter. Et dernier avantage non négligeable, cet outil permet de gagner du temps en lui évitant de faire le tour des compagnies d’assurance pour trouver des propositions de contrat.

Moto, scooter et quad : port de gants obligatoire à partir du 20 novembre

vie C’est en 1973 que le port d’un casque homologué est devenu obligatoire en France. Si cet équipement protège efficace le conducteur d’une moto et son passager en cas de chute, il faut savoir que ce n’est pas le seul. Depuis le 1er janvier 2016, le motard est obligé de porter un gilet fluorescent en cas d’arrêt d’urgence afin d’être davantage visible par les autres usagers de la route. Le gouvernement entend renforcer encore plus la sécurité des conducteurs de deux-roues.

Le port de gant obligatoire dès le 20 novembre    

Selon l’article L211-1 du Code des assurances, il est obligatoire de souscrire une assurance scooter avant d’enfourcher sa monture. Le minimum requis en matière d’assurance moto est la garantie responsabilité civile.

D’autre part, le gouvernement vient de publier au Journal officiel du 20 septembre dernier un décret rendant obligatoire le port de gants de protection homologués CE. Il concerne plus particulièrement   les conducteurs et les passagers de motos, de scooters et de quads. Destinée à protéger davantage les usagers des deux-roues, cette mesure prendra effet à partir du 20 novembre 2016.

Les sanctions en cas d’infraction

Il est important de savoir que rouler sur les routes françaises sans assurance scooter est interdit. Les contrevenants risquent la mise en fourrière de leur monture, une amende de 3 750 euros ainsi qu’une suspension de permis qui peut durer jusqu’à 5 ans. En ce qui concerne le non-port de gants homologués à partir de 20 novembre prochain, la sanction est la perte d’un point sur le permis de conduire du pilote. Il faut également y ajouter une amende s’élevant à 68 euros.

D’après les autorités, l’obligation de port de gants homologués CE a pour principal objectif de réduire les risques de blessures graves aux mains et aux avant-bras des conducteurs et des passagers des deux-roues. Ces blessures peuvent parfois conduire à l’amputation des accidentés. Cependant, la Fédération française des motards en colère (FFMC) conteste le côté obligatoire de cette mesure. Pour elle, comme aucune n’est en jeu, il est préférable d’inciter au lieu d’obliger.

 

Moto et scooter : l’assurance est obligatoire

Pour de nombreuses personnes, avoir une moto ou un scooter est souvent synonyme de liberté. Lorsqu’elles ont acquis tous les accessoires obligatoires comme le casque ou encore les gants qui doivent en outre homologués. De même, il est recommandé de porter un certain nombre d’équipements comme les vêtements de protection et les bottes. Mais avant de prendre la route, il faut vérifier si l’on a bien souscrit une assurance moto.

L’assurance moto est obligatoire

L’article L211-1 du Code des assurances stipule qu’il est obligatoire de souscrire au minimum une assurance responsabilité civile pour tout véhicule terrestre, y compris donc les motos et les scooters. Il s’agit donc de la garantie minimale exigée par la législation en ce qui concerne l’assurance scooter ou moto.

Cela signifie que cette assurance protège et indemnise seulement les tiers, c’est-à-dire  toute autre personne que l’assuré en cas d’accident. Par exemple si la moto ou le scooter heurte un mur, un autre véhicule, un passant ou une maison, l’assureur va indemniser les dommages, qu’ils soient matériels ou corporels. Cependant, les dégâts sur le scooter ou la moto de l’assuré, ou encore les éventuelles blessures de celui-ci ne seront pas pris en charge par la compagnie d’assurance scooter.

Les différentes formules en matière d’assurance moto

Il existe 3 différentes catégories d’assurance moto. La première formule est celle au tiers qui couvre exclusivement la responsabilité civile. La seconde offre est l’intermédiaire qui associe à la responsabilité civile des garanties optionnelles comme le vol, l’incendie ou encore le bris de glace et d’optiques. Enfin, la dernière formule est celle dite « tous risques ». Elle est la plus onéreuse mais offre en même temps un maximum de protection. Tous les dommages corporels et matériels sont ainsi pris en charge si le motocycliste provoque un accident responsable.

Il existe par ailleurs des offres personnalisées afin de s’adapter aux besoins de chaque motard. Une assurance moto au kilomètre est ainsi destinée à ceux qui roulent très peu sur leur deux-roues. De même, il est possible de souscrire une assurance scooter « prêt de guidon » si l’on pense prêter sa monture à d’autres personnes.